top of page
Rechercher
  • Cécile Doffin

SAVOIR LIRE LES ÉTIQUETTES



1-Les ingrédients

Les ingrédients sont inscrits par ordre décroissant (du + présents au – présents) dans l’aliment.


Pepito chocolat



Dans cet exemple, le sucre est en deuxième dans la liste et l'huile de palme est en troisième; ils sont par conséquent très présents dans le produit final.


Biscuits figue et son


Dans celui-ci, le sucre de canne n'arrive qu'en cinquième position donc beaucoup moins présent.







2-Longueur de la liste des ingrédients


Plus elle est longue, plus l’aliment est éloigné d’une préparation maison. Dit autrement : plus il y a d’ingrédients, plus la probabilité que vous soyez en face d’un aliment ultra-transformé est grande.


La liste des ingrédients du premier biscuit est la plus courte : le chocolat noir ne contient que 5 ingrédients. Il renferme des flocons d’avoine donc des céréales peu transformées, du vrai sucre, du vrai beurre et une huile équilibrée. On dénombre au total 4 ACE dans ce produit.


Le second biscuit présente une recette plus complexe. La farine est toujours le premier ingrédient mais le chocolat est de nettement moins bonne qualité (12 ingrédients !). La saveur sucrée provient du sucre mais aussi du sirop de glucose-fructose bien moins cher. Enfin, qu’on se le dise, le correcteur d’acidité et les arômes n’ont pas d’intérêt nutritionnel. Au total, 11 ACE dans ce produit.


ACE (Agents Cosmétiques et Economiques) = additifs + arômes + ingrédients transformés ayant une fonction technologique et/ou économique dans le produit.



3-La présence d'additifs et d’arômes


Épaississants, émulsifiants, édulcorants, exhausteurs de goût, colorants, poudre à lever, conservateurs… sont le signe imparable que vous êtes en présence d’un aliment 100 % industriel, ultra-transformé. Moins il y en a, mieux on se porte ! Même chose pour les ingrédients au nom imprononçable et qui sont eux-mêmes transformés : lactosérum en poudre plutôt que du vrai lait par exemple, sirop de glucose-fructose plutôt que du vrai sucre…

Ces ingrédients ultra-transformés ont une fonction technologique et/ou économique dans le produit.

Même si elles sont utilisées en petites quantités, ces substances sont évaluées et surveillées pour prévenir les effets néfastes sur la santé. Leur emploi est donc réglementé et leur présence doit obligatoirement être mentionnée sur les étiquettes des produits concernés.


Il existe différentes catégories d’additifs, les cinq principales sont :

  • les colorants qui permettent de rendre aux aliments leur coloration, de la renforcer ou de leur conférer une coloration ;

  • les édulcorants qui donnent une saveur sucrée,

  • les conservateurs qui aident à la conservation en empêchant la présence et le développement de micro-organismes indésirables (par exemple, des moisissures ou des bactéries responsables de toxi-infections alimentaires) ;

  • les antioxydants qui permettent d’éviter ou de réduire les phénomènes d’oxydation qui provoquent, entre autres, le rancissement des matières grasses ou le brunissement des fruits et légumes coupés ;

  • les agents de texture (émulsifiants, stabilisants, épaississants, gélifiants) qui améliorent la présentation et la tenue.

En Europe, l'utilisation des additifs est strictement réglementée selon le principe dit "de listes positives". Autrement dit, ce qui n'est pas expressément autorisé est interdit.

Un nouvel additif ne peut être utilisé qu'après :

  • avis de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) ;

  • avis du Comité permanent des végétaux, des animaux, des denrées alimentaires et des aliments pour animaux de la Commission européenne et consultation du Conseil et du Parlement européen ;

  • publication d’un règlement d’autorisation au Journal officiel de l’Union européenne précisant les modalités d’emploi (doses et denrées dans lesquelles il peut être employé).

Les additifs doivent obligatoirement être mentionnés sur l'étiquette des denrées alimentaires :

  • soit en clair : par exemple « poudre à lever », « bicarbonate de sodium » ;

  • soit à l'aide d'un code précédé du nom de la catégorie : par exemple, « colorant E 102 ».


4- La présence de logos officiels

  • Le label Rouge atteste que produit possède une qualité supérieure aux autres produits similaires, mais non labélisés.

  • L’Appellation d’Origine Protégée (AOP), garantit une provenance géographique stricte et un savoir-faire local. Il s’agit du logo le remplacement du célèbre label AOC (Appellation d’Origine Contrôlée).

  • La mention Agriculture Biologique certifié un mode de production sans produit chimique de synthèse et des méthodes de travail naturelles et respectueuses de l’environnement.

  • Le logo AB est complété par le Label Biologique Européen.

5-Données obligatoires sur les étiquettes alimentaires


Les données nutritionnelles qui sont obligatoirement inscrites sont les suivantes:

-valeur énergétique (en kilocalories (kcal) et kilojoules (kJ)),

-lipides (matières grasses), dont les acides gras saturés,

-glucides, dont les sucres,

-protéines,

-sel.

D’autres informations peuvent être renseignées comme la teneur en vitamines et minéraux, ainsi que certaines allégations (« riche en fibres », « source d’oméga 3 », « pauvre en sel »…)


6-Allégation nutritionnelle


Concernant les informations sur le sucre :

  • « Sans sucre » : l’aliment est très peu sucré, il ne contient pas plus de 0,5 g de sucres pour 100 g ou 100 ml de produit ;

  • « Allégé en sucre » : il contient au minimum 30 % de sucre en moins qu’un produit similaire. Cela ne signifie pas que le produit est sucré mais qu’il peut constituer une alternative intéressante à la consommation des produits standards ;

  • « Sans sucre ajouté » : le produit n’a pas été additionné de sucre ou de matière sucrante lors de sa fabrication, mais il peut contenir le sucre naturellement présent dans les aliments qui ont servi à la préparer (jus de fruits, compotes…).

Les informations sur les matières grasses :

  • « Sans matière grasse » : l’aliment contient moins de 0,5 g de lipides pour 100 g ou 100 ml de produit ; ce qui est effectivement très peu gras ;

  • « Allégé en matières grasses » : il contient au minimum 30 % de matières grasses en moins qu’un produit similaire ;

  • « Pauvre en matières grasses » : l’aliment ne contient pas plus de 3 g de lipides pour 100 g ou 1,5 g pour 100 ml de produit.

Les informations sur le sel :

  • « A teneur réduite en sel/ sodium » : il contient au minimum 25 % de sel en moins qu’un produit similaire. Il est potentiellement toujours salé mais moins que la majorité des produits équivalents ;

  • « Pauvre en sel/Sodium » : l’aliment ne contient pas plus de 0,12 g de sodium pour 100 g ou 100 ml de produit (soit 0,3 g de sel pour 100 g ou 100 ml de produit) ;

  • « Sans sel » : l’aliment ne contient pas plus de 0,005 g de sodium pour 100 g ou 100 ml, ce qui est très faible.


7-Lecture des glucides

Lorsque vous comparez deux aliments, privilégiez celui qui contient le moins de sucre !


Gervita aux fruits

Ingrédients : Fromage blanc (LAIT) (46,4%) crème (LAIT) fraise (10%) sucre (8,9%) poire (4,6%) sirop de glucose fructose (2,8%) épaississants : amidon transformé (E1422) pectine (E440) gomme guar (E412) gélatine correcteurs d’acidité : acide citrique (E330), citrate de sodium (E331) citrate de calcium (E333) arômes (LAIT) colorants : cochenille (E120) béta-carotène (E160a) gousses de vanille ferments lactiques Lait : origine france


Ici, les glucides totaux sont à 15g pour 100g dont 14,5g de sucres dont beaucoup trop haut !!









Yaourts natures


Ingrédients : LAIT partiellement écrémé à 11g/l de matière grasse, LACTOSE et protéines de LAIT, fermants LACTIQUES.





Il n' y a pas de sucres ajoutés; le Lactose est le sucre naturel du lait donc il y a autant de glucides que "dont sucres".












8-Lecture des lipides

Parmi les lipides, on trouve les acides gras qui sont de plusieurs sortes : acides gras saturés, mono-insaturés, poly-insaturés comme les omégas 3

Il est important de limiter la consommation en acides gras saturés, souvent contenu en grande quantité dans la junk food, (fritures, viennoiseries, fastfood…) et de privilégier les acides gras insaturés via la consommation de bonnes huiles végétales, de poissons gras, graines, avocats…

On peut classer les lipides en deux catégories : origine animale et origine végétale et trois sous classes :

  • Acides gras saturés : beurre, crème fraîche, graisses de canard, de porc (saindoux), de bœuf… huiles de palme, de coco…

  • Acides gras mono-insaturés : huiles de colza, noix, olive, arachide, sésame, noisette…

  • Acides gras poly-insaturés : poissons gras et leurs huiles (anchois, maquereau, sardine, saumon…), huiles de tournesol, maïs, pépins de raisins, soja…











9-Lecture des protéines


Tout simplement comparer entre deux produits similaires celui qui en contient le + au 100g si vous êtes dans la recherche d’augmenter vos apports.



10-Le Nutriscore

  • C’est un logo apposé en face avant des emballages qui informe sur la qualité nutritionnelle des produits sous une forme simplifiée et complémentaire à la déclaration nutritionnelle obligatoire (fixée par la réglementation européenne)

  • Basé sur une échelle de 5 couleurs : du vert foncé au orange foncé

  • Associé à des lettres allant de A à E pour optimiser son accessibilité et sa compréhension par le consommateur.

Le logo est attribué sur la base d’un score prenant en compte pour 100g ou 100ml de produit, la teneur :

  • en nutriments et aliments à favoriser (fibres, protéines, fruits, légumes, légumineuses, fruits à coques, huile de colza, noix et d’olive),

  • et en nutriments à limiter (énergie, acides gras saturés, sucre, sel).

Après calcul, le score obtenu par un produit permet de lui attribuer une lettre et une couleur.



A quoi correspondent les cinq couleurs du Nutri-Score ?

Le résultat est traduit dans une échelle de couleurs à cinq niveaux, qui est soutenue par les lettres A-E. Les produits plutôt équilibrés obtiennent un vert foncé A ou un vert clair B, le jaune C se situe au milieu de la gamme et les produits plutôt déséquilibrés comme les sucreries ou les en-cas gras obtiennent un orange D ou même un rouge E.

La couleur verte correspondant à une valeur comprise entre –15 et –2, le vert clair de –1 à +3, le jaune de +4 à +11, l’orange de +12 à +16 et le rouge de +17 à +40

Le Nutri-Score est-il infaillible ?

Non! Les produits étiquetés par le Nutri-Score ne prennent pas en considération la méthode de cuisson. Les frites par exemple portent la balise nutritionnelle A ou B, car il ne s’agit que de pommes de terres. Il est bien évident qu’en plongeant les frites dans l’huile pour les cuire et ensuite en les saupoudrant de sel avant de les tremper dans de la mayonnaise, le Nutri-Score réel se situerait vraisemblablement aux alentours de E.


11-Les applications

Quelques outils pour vous repérer en rayons:


Yuka

Vous permet de scanner vos produits (alimentaires et autres) afin de découvrir leur composition, et in fine, leur incidence sur votre santé. Dans le cas où le produit scanné est jugé "nocif" par Yuka, celui-ci vous propose une alternative plus saine. D'autres fonctionnalités existent, tel que la répartition des produits sains et moins sains de votre alimentation sous forme graphique, un classement...


Kwalito

Kwalito promet « un outil simple pour reprendre le contrôle sur votre alimentation ». L'utilisateur entre tout d'abord ses préférences : consomme-t-il de la viande ? Présente-t-il des intolérances ? Souhaite-t-il exclure les produits composés d'huile de palme, d'additifs ? En scannant ses produits alimentaires lors de ses courses, Kwalito affirme (ou infirme) si le-dit produit correspond aux critères de l'utilisateur.


Open Food Facts

Open Food Facts est une application "collaborative" : chaque utilisateur peut contribuer à faire grossir la base d'informations relative aux aliments ! Un forum dédié est également disponible, permettant aux utilisateurs d'échanger entre eux. Tout comme ses homologues, Open Food Facts permet à l'utilisateur de scanner le produit de son choix afin de découvrir :

  • Une note de A à E,

  • Les valeurs nutritionnelles du produit,

  • La liste des ingrédients,

  • L'impact écologique du produit






17 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page